Archives pour la catégorie Tops

[Top] Les 5 jeux que j’attends le plus fin 2015

Histoire de finir la semaine tranquillement, je vous propose un petit Top 5 des jeux que j’attends le plus d’ici la fin d’année. Juste un Top 5 ?! Oui, oui. J’ai déjà eu du mal à trouver 5 jeux que j’attends alors pensez-vous… La faute n’en reviens pas aux développeurs mais plus à un grand mix entre mon incapacité à être au courant des projets en cours et à ma faible excitation concernant certaines sagas comme Final Fantasy, Fallout, … Probablement à tort j’imagine.

Malgré tout ce Top 5 ne présente rien d’extraordinaire et contient majoritairement des jeux qui sont attendus par 99 % des joueurs sur terre. Histoire d’être vaguement original, j’ai évité de mettre FIFA 16. Le pire c’est que je ne l’attends même pas dans la mesure où mon édition 2015 est encore sous blister et que je n’ai pas le temps d’y jouer. Ce qui est un crève cœur dans la mesure où les jeux de foot ont toujours été mon péché mignon.

MGS5
Afin de ne pas trop réfléchir un vendredi soir, je n’ai pas classé les jeux par préférence. Ils arrivent dans l’ordre qui me vient à l’esprit sans considération de qualité ou d’attente. J’imagine tout de même que cela pourrait être un cas d’étude psychologique puisque théoriquement le jeu qui sort en premier doit être celui que j’attends le plus. Après je ne vous cache pas que je suis en train d’écrire ces quelques lignes uniquement afin que les deux images de Big Boss et de Drake ne soit pas trop proches l’une de l’autre. Maniaquerie de mise en forme. En parlant d’image et de forme, j’assume le bandeau pervers présent dans l’article.
.

Uncharted 4 : A Thief’s End (Playstation 4)

U4
Oui je sais, ultra original ! Mais que voulez-vous, comme quasiment tout le monde j’adore les aventures de Nathan Drake et je trépigne d’impatience à l’idée de repartir à l’aventure sur Playstation 4. J’ai Platiné les quatre épisodes précédents avec grand bonheur, il est donc hors de question que je ne saute pas sur A Thief’s End en day one. Pour ceux qui suivent un peu le Blog, vous savez peut être que je n’achète que très rarement un jeu à sa sortie (et donc plein pôt). Naughty Dog sont des génies absolus (à mes yeux les Rare des années 2000).
.

Odin Sphere : Leifdrasir (PS3, PS4 et PS Vita)

Odin-HD
J’attends avec impatience le portage PS Vita du premier bijou du studio Vanillaware, sorti à l’époque sur Playstation 2. Le jeu était déjà extrêmement maitrisé graphiquement et les premiers trailers promettent un peu plus qu’un simple portage avec l’ajout de nouveaux modes, de plus beaux graphismes et une maniabilité plus nerveuse. La sortie japonaise est prévue pour le 14 janvier 2016, j’espère que la version américaine ne trainera pas trop. Il est inutile d’attendre une sortie européenne dans la mesure où les précédents jeux Vanillaware n’étaient pas traduits et qu’il est très probable que le jeu sorte uniquement en démat’ sur Vita.
.

Uncharted : Nathan Drake Collection (Playstation 4)

U-Collection
Mettre deux fois Uncharted dans un Top 5 c’est moche, mais comme je « trépigne d’impatience à l’idée de repartir à l’aventure » (voir plus haut), il va bien falloir que je patiente. Et quel meilleur moyen de patienter que de se refaire les trois premiers épisodes de la saga ?! Les frissons de terminer le premier en Extrême, l’adrénaline du deuxième et puis, bon bah, le troisième… Tout cela avec le confort de la manette PS4. Et trois nouveaux Platines. Et pas de putain de mode multijoueur avec 160 trophées ! C’est confirmé ça d’ailleurs ou je me fait une fausse joie ?
.

Metal Gear Solid V : The Phantom Pain (Playstation 4)

Quiet
Si on m’avait dit que j’attendrai un jour un Metal Gear Solid… Mais bon, Ground Zeroes est passé par là et je dois bien être une des rares personnes sur terre à m’être totalement éclaté avec le préquel de MGS V. Au point de mater dans la foulée des vidéos de gameplay sur mon iPhone en plein milieu de l’Ile de Pag. Je pense que Phantom Pain sera probablement beaucoup plus dense, ce qui ravira les fans mais me fait un peu peur. Car finalement ce que j’ai adoré dans Ground Zeroes c’est son côté bac à sable à zone limitée dans lequel on peut faire le fou de toutes les manières possibles mais avec un gameplay rapidement assimilable. MGS V s’annonce plus complexe… Je verrais aussi ce que donne la liste des trophées avant de pleinement me lancer dans le challenge (très certainement ardu).
.

Rare Replay (Xbox One)

Rare-Replay
Un jeu Xbox, qui plus est déjà sorti, en guise de cinquième titre attendu ?! Non je ne me fou pas (totalement) de votre gueule. Mais après avoir « beaucoup » réfléchi, je n’ai pas trouvé de cinquième jeu. Battlefront à l’air cool mais je ne l’attends pas outre mesure. The Division est malheureusement un jeu online. La PS Vita (que je love comme vous le savez) ne nous propose que des jeux NIS America… Il n’y a rien d’autre qui me tente, ou du moins qui me vienne à l’esprit. Donc va pour Rare Replay, un jeu dont j’ai découvert l’existence seulement la semaine dernière et qui m’a tout émoustillé. Merde, refaire (presque) tous les jeux mythiques de Rare sur console moderne avec en plus des trophées ! Je veux ça sur PS4 !!! Banjo, Jet Force Gemini, Perfect Dark et le fabuleux Blast Corps. J’ai beau posséder tout ces jeux dans leurs versions d’époque, une telle compil est une merveilleuse idée et j’envierais presque les possesseurs de Xbox. Presque.
.

[Top] Le 5 majeur de la baston sur Super Nintendo

Comme je manque de temps pour écrire des articles plus « profonds » et que je veux fêter dignement la sortie d’un Mortal Kombat X que je ne compte pas acheter, je me suis dis « et si je faisais un Top 10 des jeux de baston sur Super Nintendo ? ». Puis j’ai réfléchi et je l’ai ramené à 5 parce que ça faisait beaucoup trop sinon.

Le top qui suit est, comme toujours sur ce blog, totalement partial et subjectif. Il est bien évidemment le reflet de mes émotions passées et se fonde exclusivement sur la nostalgie des belles heures perdues à marteler les touches de mes pads. Sachant au surplus que j’adore les jeux de baston mais que je n’ai jamais été très bon dans l’exercice.

B01
Je vous l’annonce direct : ce Top sera totalement dépourvu d’adaptation foireuse de jeux SNK. En tant que grand fan de la firme d’Osaka et possesseur d’une belle Neo Geo, je ne peux pas concevoir de faire l’apologie de tels portages. J’ai Fatal Fury sur Mega Drive et c’est déjà dur à vivre…

.
5 | WeaponLord (Namco – 1995)

B06
« 24 Méga de combats à l’arme blanche contre des mastodontes cruels ». Dire que j’ai regardé en boucle la K7 vidéo promotionnelle d’Ocean en 1995 est un léger euphémisme. Et c’est cette fichu vidéo qui m’a poussé à acheter WeaponLord. Il faut dire que les sprites étaient monstrueux pour l’époque et que le côté baston de gros barbares avec des grosses armes était assez nouveau. Dans les faits, le jeu est pourris par une animation d’une lenteur affligeante. Regardez la vidéo, la vitesse de l’animation lorsque le perso lance une attaque tournante est assez représentative du jeu. Le gameplay ne rehausse pas le débat puisqu’on est dans le très basique : vous cognez comme un sourd sans grosse stratégie de défense. Reste que les personnages sont bien virils (mêmes féminins) et que les grosses armes nous amusaient beaucoup à l’époque. Mais soyons clairs, WeaponLord est cinquième plus pour la nostalgie de cette belle K7 vidéo que pour ses réelles qualités…

.
4 | Mortal Kombat 3 (Midway – 1995)

B05
1995, année bénie des jeux de baston sur Super Nintendo a vu débarquer le troisième opus de la très populaire saga Mortal Kombat. Lors de la sortie du premier épisode c’était dingue. Je devais me contenter de la version Game Boy donc j’étais passablement frustré, aussi quand un pote a acheté le 3 et l’a ramené chez moi, j’ai bloqué. Je me suis précipité l’acheter et j’ai balancé des fatality dans tous les sens avec la tonne de perso disponible (Smoke !). Si on est un peu plus dans la profondeur de gameplay qu’avec WeaponLord, je jouais surtout à MK pour les gerbes de sang. Je faisais d’ailleurs systématiquement le cheat code pour réaliser les finish him avec un seul bouton. Ça a suffit à m’occuper pendant des heures et des heures. Notons pour conclure que Mortal Kombat est la saga de jeux vidéo où les personnages sont à la fois raides comme des piquets et ultra souple pour balancer des kick systématiquement à hauteur de tête…

.
3 | Killer Instinct (Rare – 1994)

B04
Lors de sa sortie, le bébé de Rare était une véritable tuerie. C’était super beau, avec ses graphismes digitalisés, mais surtout c’était super violent. Du Mortal Kombat en plus aboutit. Et puis c’était un des premier jeu où on pouvait faire monter le nombre de combo à des chiffres hallucinants. Après il est clair que le jeu a vraiment mal vieilli. Autant je trouve encore un certain charme à un WeaponLord, autant les digit de Killer Instinct sont ultra cheap aujourd’hui. Le buzz a dégonflé au point que j’ai zappé la suite sur Nintendo 64. Mais entendons nous bien, c’était autre chose que Rise Of The Robots !

.
2 | Dragon Ball Z 2 : La Légende Sayen (Bandai – 1994)

B03
J’aurai pu mettre l’Ultime Menace (plus beau), voire le tardif Hyper Dimension, mais DBZ 2 reste le meilleur pour ses auras d’énergies énormes, ses personnages et son mode histoire (tout pourri). Dans le troisième, allez savoir pourquoi ils ont foutu des auras rikiki lors des supers coups et ont zappé le mode histoire… J’ai tellement joué à ce jeu. Je l’avais acheté en version japonaise dans une boutique de jeux vidéo de Bastia en pleine hystérie DBZ. A l’époque, jeune collégien, Dragon Ball Z c’était toute ma vie. Une putain de religion. Et balancer des coups surpuissants avec Broly, Trunk ou Goku c’était dingue. Il est clair qu’en soit le jeu est nul puisqu’il se résume à charger sa jauge chacun de son côté et à balancer des kameha toutes les trente secondes. Mais quand on est fan… Sur le principe, les titres Ranma 1/2 étaient quand même meilleurs. Les jeux DBZ étaient tellement durs à trouver lors de leurs sorties que j’avais du acheter la version française du 3 lors d’un voyage à Andorre… Et puis bon, sa phrase d’intro en japonais (un genre de « oh minot de bagda Gohan ») et son cheat code. Ze cheat code. Je le connais encore par cœur 20 ans après : Haut, X, Bas, B, L, Y, R, A. Kakaruto !

.
1 | Street Fighter II Turbo (Capcom – 1994)

B02
Le must ! J’ai tellement bavé devant Street Fighter II. A l’époque j’avais la NES et mon père considérait que c’était suffisant et que je n’avais pas besoin de la Super Nintendo. J’étais donc contraint de jouer à SF 2 chez des potes et de trouver des moyens de substitution. Genre je jouais à Street Fighter 1 sur Atari 520 STe (faute de pouvoir faire tourner le 2, exclusif au 1040) ou j’organisais des bastons entre les deux persos de Final Fight sur cette même machine pour faire genre c’était un versus fighting. La tristesse ultime. Aussi quand j’ai enfin eu le droit d’avoir la Super Nintendo en 1994, j’ai acheté le bundle avec Street Fighter II Turbo. Mon meilleur pote est venu, on y a joué des heures durant et j’en ai gardé une cloque monstrueuse sur le pouce gauche. Super Street Fighter II et Street Fighter Alpha 2 ne m’auront pas offert les mêmes émois, même si Fei Long était cool.

.
Bonus | Shaq Fu (Ocean – 1994)

B07
Comment évoquer la baston des 90’s sans parler du grand nanard Shaq Fu, sorti plus ou moins en même temps que Michael Jordan Chaos In The Windy City (que j’adore). Se bastonner avec la super star du basket de l’époque c’était quelque chose !
.

[Top] Les 10 meilleurs A-RPG de tous les temps

J’ai longtemps hésité sur le sujet de ce top et sur la subjectivité de son intitulé. Au début je voulais faire un Top 5 des meilleurs A-RPG sur la Super Nintendo, qui est la reine incontestée des consoles en la matière. Puis je me suis dis que c’était dommage de ce cantonner à une machine et j’ai décidé de taper dans un Top 10 de mes Action RPG préférés. Et puis bon, j’ai dis adieu à toute forme d’objectivité et j’ai appelé ça le Top 10 des meilleurs A-RPG de tous les temps. Carrément.

A une époque les A-RPG c’était toute ma vie. Il fallait absolument que je les possède tous et que je joue à tout. De manière général j’avais une obsession pour les RPG japonais en 2D. C’était la grande époque de la Super Nintendo et je passais des heures à faire et refaire les plus grands hits en la matière, que ce soit en français ou en japonais. Aujourd’hui je ne joue plus vraiment aux RPG. Par manque de temps et par changement de gout. C’est pour cette raison que ce Top couvre essentiellement la période SNIN-PS2.

Top
Ce Top ne contient que des RPG dit « Action » où vous tapez les ennemis en bourrinant comme un malade les touches de la manette ! Pas de tour par tour ici, fusse-t-ils dynamiques. Pas non plus de Zelda ! J’adore les aventures de Link, je les ai toutes faites plusieurs fois jusqu’à Wind Waker, mais ce ne sont pas réellement des A-RPG.

La définition est certes mince et les plus pointilleux me demanderont la différence entre un Illusion Of Time et un Zelda III. je leur répondrai qu’elle se situe au même niveau que ma conception de Top des meilleurs A-RPG de tous les temps : dans ma totale objectivité. Et dans l’absence de système d’évolution du personnage.

Passons aux choses sérieuses !

10 | Samurai Legend Musashi (Square Enix – Playstation 2)

Vous êtes parfaitement en droit de vous demander ce que fou la suite de Brave Fencer Musashi (sorti sur PS One, mais pas en France) dans le Top 10 des meilleurs titres du genre. Bonne question. Musashiden II est un jeu sympathique mais pas non plus exceptionnel, je le concède. J’ai toutefois décidé de le placer dans ce top pour deux raisons. D’une part j’ai pris énormément de plaisir à l’époque de sa sortie en France. D’autre part, il est là pour représenter la génération Playstation 1-2 qui a surtout brillé par ses fabuleux RPG. Parce que bon, Alundra c’était pas mal, Alundra 2 ça n’allait plus du tout et le portage de Ys c’était pas flambant. Donc oui il y a eu une vie en dehors de Kingdom Hearts, elle s’appelait Musashi et c’était très cool !

Musashi
09 | Brain Lord (Enix – Super Nintendo)

Oui, Brain Lord et son héro chevalier obèse. J’ai adoré Brain Lord. C’était certes une époque où mes dents rayées le parquet en matière d’A-RPG mais le titre d’Enix a énormément de qualités malgré des graphismes un peu légers. Le titre n’est jamais sorti en France mais la version US était suffisamment intelligible pour que nous petits français oubliés de tous puissions en profiter un maximum. Je n’ai toutefois jamais réussi à finir le jeu…

Brain
08 | Shining Wisdom (Sega – Saturn)

Le vilain petit canard de la série Shining Force ne mérite pas forcément toutes les critiques endurées à sa sortie. Il faut dire aussi que c’est le seul jeu que j’ai fait sur ma Saturn et qu’il m’a occupé tout un été sans toutefois que je parvienne à tuer le Boss de fin. Graphiquement c’était un peu gentillet et faiblard pour une 32 bits mais à l’époque on ne boudait pas les jeux qui parvenaient à se frayer un chemin jusqu’à la France. Et si je préfère mettre Shining Wisdom plutôt que la suite de Thor en représentant de la Saturn c’est que finalement je le trouve un peu plus intéressant et que je n’ai jamais réussi à persévérer dans Story Of Thor 2.

Shining
07 | Sword Of Mana (Square Enix – Game Boy Advance)

Sword Of Mana est le portage GBA du tout premier Seiken Densetsu, sorti chez nous sous le titre de Mystic Quest sur Game Boy. Un jeu que j’adorai mais que je trouvais super dur quand j’étais petit. J’ai rarement vu une barre d’énergie faisant tout l’écran tomber aussi vite… Sword Of Mana je l’ai fait une première fois en version japonaise puis j’ai refait l’aventure lors de sa sortie en France. Il faut dire que ce portage reprenant des graphismes façon Mana 2 / 3 est somptueux ! Si vous ne devez retenir qu’un Seiken sur portable c’est celui-ci. Mystic Quest a vieilli et les épisodes DS sont très moyens.

Sword
06 | La Légende de Thor (Sega – Megadrive)

Les aficionados de Sega tentaient de faire bonne figure mais il est certain qu’ils jalousaient les milliers de RPG fabuleux de la Super Nintendo. Dans ce déni absolu de la réalité, leur étendard portait le nom de Thor. Il faut dire que le titre de Sega est très bon et propose des graphismes avec des sprites imposants et un style un peu différents des autres productions japonaises. Il est surtout le seul RPG à m’avoir convaincu sur Megadrive. Pourtant j’ai essayé pendant des heures Landstalker (on parle des suites sur Dreamcast ?!) mais c’était super moche. Soleil ? Ma cartouche était bugguée de telle sorte que je n’ai jamais réussi à quitter la maison du début du jeu. Oui oui… Le seul point noir de Thor c’est que le jeu est très court pour un A-RPG.

Thor
05 | Kingdom Hearts (Square Enix – Playstation 2)

En tant que fan boy de Nintendo, qu’est ce que j’ai pu rire en lisant dans Gameplay RPG que Square allait sortir un jeu mêlant Final Fantasy et Disney sur Playstation. Puis le jeu est sorti pile quand j’ai eu ma Playstation 2, je l’ai acheté, j’y ai joué comme un fou et j’ai passé des heures merveilleuses ! Le jeu était beau, enchanteur avec un gameplay au top et des univers éclectiques. J’ai beaucoup moins accroché à sa suite.

04 | Secret Of Evermore (Square Soft – Super Nintendo)

Le Secret Of Mana américain partage beaucoup de similitude avec son modèle. Le système de combat est identique, les sprites se ressemblent et le jeu vous offre de diriger une équipe (mais pas de multijoueur). A part qu’il s’agit de l’aventure ultra référencée d’un ado et de son chien à travers les âges. Le chien change d’ailleurs d’apparence selon les époques, ce qui est tout simplement génial. Ce jeu est un vrai concentré de bonheur qu’il serait inéquitable de trop comparer à Secret Of Mana. L’aventure est en réalité très différente dans l’esprit et mérite toute votre attention. A l’époque j’ai fais le jeu à deux reprises et j’en garde un souvenir impérissable, même si mon meilleur pote était frustré de ne pas pouvoir jouer avec moi.

Evermore
03 | Seiken Densetsu 3 (Square Soft – Super Nintendo)

La suite tant attendu du fabuleux Secret Of Mana n’est jamais sortie en France (ni même aux Etats-Unis). Un scandale quand on connait le succès de Mana et quand on voit les graphismes incroyables de sa suite. Mais bon, la Super Nintendo était en fin de vie et les innombrables combinaisons de scénarios offertes par les six personnages rendaient la traduction délicate. Résultat j’ai du me faire le jeu en japonais, à l’ancienne. C’est à dire sans internet, sans soluce et avec une feuille sur laquelle je notais les idéogrammes et leurs correspondances après les avoir testés. J’avais déjà fait l’incroyable Chrono Trigger comme ça et j’ai réussi tant bien que mal à terminer le jeu après des dizaines d’heures de bonheur absolu. Les six persos, la gestion du jour et de la nuit, les graphismes, le jeu à trois, … Cet épisode je l’ai toutefois fais seul, mon pote ne m’ayant aidé que pour le Boss de fin.

Seiken-3
02 | Illusion Of Time (Enix – Super Nintendo)

J’adore Illusion Of Time. J’aime le style graphique, j’aime l’histoire, j’aime la mélancolie qui s’en dégage. Ce jeu est génial et représente une bonne partie de mon adolescence puisque je l’ai terminé trois fois. Je l’avais découvert par hasard chez un pote qui venait de l’acheter le jour de sa sortie et en rentrant j’étais immédiatement allé m’en acheter un exemplaire. Si je met le deuxième épisode de la saga Gaïa c’est que je n’ai jamais trop accroché à Soulblazer et que Terranigma est sorti trop tard en France. Je n’ai jamais trouvé le temps de vraiment avancé dans ce troisième opus qui proposait des graphismes superbes. Si par extraordinaire vous ne connaissez pas Illusion Of Time, vous devez réparer cette erreur immédiatement. Et puis cette génération de jeux « avec guide » reste mythique pour tous les joueurs français de l’époque.

Time
01 | Secret Of Mana (Square Soft – Super Nintendo)

S’il ne devait en rester qu’un. Je pourrais écrire un bouquin sur ce jeu tellement il a occupé une grande place dans ma vie de joueur. J’ai des milliards d’anecdotes qui y sont liées et je pense d’ailleurs faire un article consacré uniquement à ce jeu un de ces quatre. Après inutile de le présenter, tout le monde connais sa beauté, son onirisme, ses musiques, ses personnages, son multijoueur et ses lapins à rosser. Un série extraordinaire qui s’est malheureusement essoufflée à partir de Legend Of Mana sur Playstation…

Mana
Voilà mon Top 10 forcément très subjectif mais que j’ai essayé de faire représentatif. Il manque plein de jeux auxquels je n’ai pas joué ou que je n’ai pas cité. J’ai pourtant passé des heures sur des titres comme Drakengard, Phantasy Star Online, Silver, Starfox Adventures, Battle Of Olympus, Shining Soul, Ys, …
.

[Top] 12 jeux marquants pour les 3 ans de la PS Vita

Le 22 février prochain, la PS Vita fêtera les 3 ans de sa sortie européenne. Une occasion bien sentie de revenir sur les 12 jeux « indispensables » de la console à mes yeux, ou plutôt sur les titres qui m’ont marqué pour diverses raisons. J’insiste bien sur le « à mes yeux » car cette liste est bien évidemment totalement subjective et loin d’être exhaustive. Même si j’ai pas mal roulé ma bosse sur Vita, je n’ai clairement pas joué à tout et j’ai fait l’impasse sur de nombreux hits comme les Danganrompa, Soul Sacrifice, Persona et compagnie.

Ayant acheté la console en day one et ayant un mode de vie qui convient plus aux consoles portables, j’ai toutefois eu l’occasion de tâter bon nombre de titres PS Vita et je reste un inconditionnel amoureux de cette merveilleuse console injustement boudé par le public et honteusement lâchée par Sony.

VitaBirthday
Contrairement à d’habitude, je n’ai pas eu envie de faire un top. Il n’y a donc pas de classement et les jeux sont simplement classés par ordre alphabétique.


Everybody’s Golf
(2012 | Sony | PCSF 00006)

Everybody’s Golf… Le jeu que je ne platinerai probablement jamais vu la difficulté de certains trophées, mais que je porte haut dans mon cœur car je reviens très régulièrement frapper des balles sur ses green virtuels. Sous ses airs loufoques, le jeu de Golf de Sony est très exigeant et demande une bonne maitrise des techniques de gameplay. Il s’agit surtout d’un jeu parfaitement adapté à une portable puisque l’on peut s’adonner sans problème à de courtes sessions de jeu.


Gravity Rush
(2012 | Sony | PCSF 00024)

Un jeu que j’ai longtemps, mais alors vraiment longtemps détesté avant de finir par y trouver (plus ou moins) mon compte. Mais cela sans jamais parvenir à le trouver aussi génial que ce que tout le monde en a pensé à sa sortie. Les aventures de Kat sont assez déroutantes car le gameplay original est un peu bouffé par de nombreuses approximations et une histoire que je trouve, personnellement, inintéressante au possible. Malgré tout, force est de constater que Gravity Rush est un jeu marquant de la PS Vita qui ne m’a jamais laissé de marbre. En bien ou en mal.


Guacamelee !
(2013 | Drinkbox | PCSB 00189)

J’ai découvert cette petite merveille 100 % luchadores par le plus grand des hasards grâce au Playstation + dans une période où j’étais en manque de jeux et de finance pour en acheter de nouveaux. Alors que le jeu ne m’inspirais pas du tout à la base, j’ai pris une de mes plus grosses claque Vita. Guacamelee est une merveille de plate-formes saupoudrée d’exploration à la Métroïdvania et pourvu d’un gameplay aux petits oignons. Un jeu exigeant mais juste qui procure un sentiment de satisfaction béate une fois terminé.

Guaca
Killzone Mercenary (2013 | Sony | PCSF 00243)

Probablement le plus beau jeu de la Vita. Une tuerie graphique, un gameplay digne des meilleurs FPS de salon et un multijoueur (pour une fois) agréable. L’adaptation portable de la franchise FPS phare de Sony vaut incontestablement le détour et Guerilla a une nouvelle fois fais des merveilles. Un must have absolu de la console, malgré un Platine assez long et chiant à faire tomber.


Moto GP 13
(2013 | Milestone | PCSB 00316)

Je met Moto GP 13 parce que je trouve que Milestone fait du très bon boulot sur PS Vita et que leurs jeux de courses sont vraiment excellents à jouer. Que ce soit les jeux de Rallye, les jeux de Motocross ou les jeux de Moto GP, c’est souvent une réussite et j’ai toujours pris beaucoup de plaisir dessus. On est peut être un cran en dessous des autres jeux de cette liste mais j’avais envie de rendre hommage à un éditeur qui m’a offert beaucoup d’heures de fun sur Vita.


Motorstorm RC
(2013 | Sony | PCSF 00???)

Difficile de passer outre Motorstorm RC quand on a une PS Vita. Le jeu est souvent proposé à un prix dérisoire sur le store et on peut difficilement faire mieux en matière de courses fun et (très) exigeantes. Parce que MRC c’est Micromachine 2.0 sous speed et il va vous falloir des nerfs d’aciers pour faire péter certains records nécessaires à l’obtention du Platine. C’est vraiment dommage que le jeu ne soit pas sorti en boite.

MRC
Playstation All-Stars Battle Royale (2012 | Sony | PCSF 00153)

Quand on vois le portage Vita du Smash Bros de Sony, on se dis que la petite portable n’a pas à rougir face à sa grande sœur la PS3. Le jeu est beau, fun, fluide et bien bordélique comme on aime. Dommage que le online rame à fond et que le mode solo tourne vite en rond. Ce n’est toutefois pas une raison de passer à côté de ce super jeu de baston regroupant les icônes Playstation et proposant un Platine assez simple à débloquer.

Rayman Origins (2012 | Ubisoft | PCSB 00079)

Le premier épisode de Rayman sur Vita a été un de mes premiers jeux sur la portable de Sony et mon tout premier Platine. C’est le titre qui m’a vraiment scotché à ma console et m’a fait prendre conscience du potentiel de la PS Vita. Les graphismes sont sublimes, la maniabilité est sensationnelle et le Platine offre un challenge relevé mais accessible. Un must absolu que je place au dessus de son excellente suite, Rayman Legends, uniquement en raison des trophées online atroces (et honteux) de ce dernier…

Sly Cooper : Voleurs à travers le temps (2013 | Sony | PCSF 00209)

Je ne sais pas vraiment pourquoi je mets ce jeu dans ma liste tant j’ai un rapport amour / haine envers le quatrième opus des aventures de Sly Cooper. Une série dont j’ai adoré le premier (à retrouver dans The Sly Trilogy) puis détesté les suivants. Cet épisode est très beau, parfois très fun mais souvent très énervent. Surtout si on chasse le Platine… Au final je me dis qu’il serait injuste de ne pas louer un jeu de plate-formes qui me rappelle un peu les plus belles heures du genre sur Nintendo 64.

Sly
Uncharted : Golden Abyss (2012 | Sony | PCSF 00012)

L’aventure portable de Nathan Drake a été mon tout premier jeu PS Vita mais je l’ai boudé pendant très (trop) longtemps avant d’enfin l’apprécier à sa juste valeur. Quel bonheur d’avoir Drake dans sa poche et de pouvoir jouer les Indiana Jones moderne calé au fond de son lit. Graphiquement c’est solide et la maniabilité réponds présente passé un petit temps d’adaptation. Typiquement le genre de jeu que Sony devrait continuer à développer sur sa console…

The Walking Dead (2013 | Telltale | PCSB 00411)

Le coup de génie de Telltale a eu droit à son adaptation Vita en VOST avec Platine. Les rois du click and point moderne ont eu l’excellente idée d’élargir l’univers de l’un des comics les plus populaire avec une histoire captivante qui nous donne la sensation d’être totalement libre alors qu’il n’y a rien de plus scripté. L’aventure de Clémentine est captivante et mérite toute les éloges reçues lors de sa sortie. On peut juste regretter que le jeu ne soit pas sorti en boite en France, mais la version US fais très bien l’affaire.

Unit 13 (2012 | Sony | PCSF 00068)

L’exemple type du jeu imparfait mais que j’ai totalement adoré. Les graphismes sont honnêtes sans plus, le gameplay est parfois très approximatif mais voilà, le jeu est prenant. J’ai aimé jouer au commando en herbe et refaire tous les niveaux jusqu’à obtenir la note maximale. Sony devrait vraiment se pencher sur une suite, surtout que la Vita est orpheline de ce genre de jeu. En plus, si vous avez un ami qui possède le titre, le mode coop est vraiment très bon.

Unit
Voilà, c’était ma liste des jeux PS Vita m’ayant marqué. Il en manque plein que je trouve très sympas mais moins marquants (Virtua Tennis 4, Tearaway, Ben 10, les WRC, les jeux Lego, les compils de hits PS3, …) ou auxquels je n’ai tout simplement pas encore joué (Little Big Planet, Batman, Ys, Dragon’s Crown, Murasama Rebirth, …).

Enfin, je vous rappelle que j’ai crée une liste de tous les titres PS Vita sortis en boite en France et classés par leur code PCSB et PCSF (Disc Id), ça se passe ici.

Et vous, quels sont vos jeux marquants sur PS Vita ?
.

[36 15 Ma Life] Les 5 publicités de jeux vidéo qui m’ont marqué

Faire un article sur les publicités de jeux vidéo sur un Blog n’est pas super original mais allez savoir pourquoi ce matin j’avais une folle envie de vous parler des 5 publicités papiers qui m’ont le plus marqué.

J’aurais pu faire un Top 5 des meilleures publicités de toute l’histoire du jeux vidéo mais c’est un peu trop présomptueux et je trouve qu’aborder le sujet par le prisme des souvenirs est bien plus intéressant. Dans les quelques lignes qui suivront, je vais donc évoquer brièvement cinq publicités qui ont marquée ma jeunesse. Car oui, on dira ce qu’on voudra, mais les publicités papiers c’était mille fois mieux avant !

Pub
Tu la veux la Baston ?!

Si tu la veux (la baston), tu le prends (le jeu) ! En pleine DBZ mania j’étais totalement fan de cette publicité pour Dragon Ball Z 2 : La Légende Saien (sur SNIN, oui il y a une faute dans la pub…) et Dragon Ball Z : L’appel du destin (sur Megadrive).

DBZ
Tandis que la pub inondait les magazines, les jeux étaient quant à eux en rupture de stock un peu partout. Il faut dire que la folie entourant Dragon Ball Z dans les années 90 c’était quelque chose… Bandaï réitérera son coup de com lors de la sortie de Dragon Ball Z 3 : L’ultime menace avec le slogan « Si tu as de la thune (à Noël), garde là (jusqu’au 25 janvier) ! ».

Une habile pirouette pour tenter de compenser le retard du jeu, car dans le monde du jeu vidéo, rater Noël n’est clairement pas une bonne idée…


Ne cédez pas à la tentation des 32 bits !

On le sait, Nintendo a perdu la guerre des consoles (et son leadership) avec la sortie foireuse de la Nintendo 64. Big N a raté le train de la nouvelle génération et le retard accumulé lors de la sortie de sa 64 bits n’a jamais pu être rattrapé.

A l’époque j’étais dévoué corps et âme à Nintendo. Pour moi il était hors de question de céder à la tentation des 32 bits et j’attendais avec fébrilité la sortie de l’Ultra 64, la console qui devait poutrer la concurrence et nous en mettre plein la vue avec une 3D resplendissante. De très longs mois d’attente durant lesquels j’ai patiemment économisé (des billets dans un pot de confiture…) jusqu’au jour béni où mon Auchan a reçu en avant première des Nintendo 64 en provenance d’Espagne.

Ultra-1
Avant cela, Nintendo a mené une campagne de pub mythique assez caractéristique de l’état d’esprit dans lequel se trouvait la firme de Kyoto à l’époque et qui peut être synthétisée par un extrait de La cité de la peur : « Il ne peut plus rien nous arriver d’affreux ». Nintendo, pétri de certitude, va nous sortir dans un grand excès de confiance une série de publicités demandant aux joueurs de patienter et de ne pas acheter ces ridicules 32 bits. On connait la suite…

Ma punchline préférée reste incontestablement : « Le 25 décembre, si un cadeau ressemble à une 32 bits, ne riez pas, c’est peut être le votre ».


Console-toi !

On ne va pas se mentir : titiller les hormones des adolescents, ça marche plutôt bien. Et ça, les éditeurs de jeux vidéos l’avaient très bien compris. Sur ce point, je crois que mon adolescence n’aura jamais été autant émoustillée que par cette publicité pour Worms qui trônait généralement sur le quatrième de couverture des magazines (histoire d’être bien visible).

Worms-1
« Console-toi ! » dis la pub en présentant un fabuleux décolleté dont un des seins arbore un tatouage Worms. Les vers de Teams 17 arrivaient enfin sur les consoles de Sega avec une pub faisant directement écho à la trilogie d’affiches utilisée lors de la sortie du jeu sur Playstation (mais qui m’aura moins marquée).

Des années plus tard, cette publicité a toujours autant un effet hypnotique sur moi…

Worms-2
Dans le même genre hormonal, Sega a également su nous offrir une célèbre publicité qui a longtemps squattée les pages des magazines. Si la 32X n’est clairement pas restée dans les mémoires, aucun joueur de l’époque n’a oublié Natacha !


La Super Nintendo vous met au défi !

Quand la Super Nintendo est arrivée en France, elle n’a pas fait semblant. Son line up de poney s’est rapidement accompagné d’une campagne de pub mythique qui a inondée la presse écrite.

SNIN-1
Le système ? Une première page vous lançais un défi sur des jeux mastodontes comme Street Fighter II ou Zelda III. La double page suivante vous donnait une réponse anticipée…

SNIN-2
Ce genre de pubs typiquement 90’s avaient tendance à faire fantasmer les joueurs et ont incontestablement contribué à rendre la Super Nintendo si populaire.

Vous jouez où avec le votre ?!

Enfin, comment aborder les publicités marquantes des années 90 sans évoquer l’inégalée campagne de publicité autour « du » Game Boy. « Vous jouez avec le votre ? » a rarement aussi bien incarné le concept de la portable de Nintendo. Une console nomade avec une belle autonomie que l’on peut emmener partout et, surtout, à laquelle on peut jouer dans n’importe quelle condition.

GB-1
Aux toilettes ? Sous l’eau ? Au sport ? Et vous, vous jouez où avec le votre ?!